TRANSPARENCES INSULAIRES

Depuis 10 ans, je photographie l’architecture des Cyclades.
Lignes douces qui ne connaissent ni horizontalité ni verticalité, ni angles droits, perspectives irréelles, chaque balade est ponctuée de nouvelles découvertes aussi surprenantes que passionnantes.

Architecture fascinante parce que vivante…
Comment ne pas s’inventer des histoires en découvrant ces escaliers qui s’envolent vers le ciel, ces portes qui s’ouvrent directement sur la mer, ces fenêtres qui dialoguent par clins d’œil, ces ruelles qui plongent dans l’Égée ?

Mais architecture abstraite aussi… et l’idée d’entremêler ces éléments photographiés durant des années pour composer des tableaux faits de rencontres de lignes, d’ombre et de lumière, d’ouvertures inattendues, de chemins et de perspectives improbables s’est un jour imposée.

Ainsi est né « Transparences insulaires », un voyage onirique qui fait suite à « Vie en marches » qui retraçait l’histoire d’une vie à travers une série d’escaliers.